Jour 4

by isabellebernierconnexion


Jour 4 – L’ABC réinterprété

L’ABC est une suite logique.  Suite d’événements, d’interprétations, de circonstances et ce qui s’ensuit pour celui ou celle qui les aura vécu.  La question du jour: comment négocier avec ce qui nous arrive dans la vie?  Réponse tendance du jour: en vivant le lâcher prise.  En fait, c’est plus qu’une réponse à la mode: c’est un point où l’on finit immanquablement par aboutir, en bon état ou un peu amoché(e). Le premier référant aux circonstances ainsi qu’aux signes que l’on choisit d’écouter.  Le second témoignant de notre refus de laisser aller le morceau, quel qu’il soit.  Parfois, plus c’est évident, plus il est difficile de le pratiquer (le lâcher prise).

Aujourd’hui, j’ai égaré mon cellulaire.  J’étais sur la route lorsque je m’en suis rendue compte et il se trouve que j’avais encore plusieurs centaines de kilomètres à faire.  J’ai évidemment beaucoup de transactions téléphoniques à effectuer cette semaine, plusieurs rendez-vous, pas de ligne à la maison et des gens qui attendaient que je communique avec eux dans la journée.  En apparence, j’étais calme – tout allait s’arranger.  J’ai même songé à aller m’acheter un nouvel appareil dans les vingt-quatre heures, en me disant que je rattraperais bien les infos perdues.  Chemin faisant, je me suis mise à avoir mal à la tête.  D’heure en heure, le malaise s’amplifiait.  Je suis arrivée à destination avec le même malaise et une certaine dose d’impatience.  Le tout se prolongeant au cours de la soirée.  Puis, il y a quelques minutes (eh, oui, j’écris à propos de ce jour quatre à la veille du cinquième), j’ai réalisé qu’en fait, je n’avais  absolument pas lâché prise.  Encore une fois, j’avais laissé gagné le stress et sa panoplie de manifestations embêtantes.

Morale de la journée: quand on pense qu’il n’y a plus de solution, il y en a encore une quelque part.  Morale que j’appliquerai donc en sens positif comme une façon de me confirmer qu’il y a toujours une clé, même et surtout quand on n’en a pas idée.  Et qu’elle peut provenir d’une personne que l’on aime (merci à Jean pour le sauvetage-cellulaire!). Il est possible d’être surpris à toute échelle…et cela pourrait aider les tensions à rester en vacances (hors de nos pays).

Je termine en laissant ici les paroles d’une chanson qui m’émeut beaucoup dernièrement, que je chante dans ma voiture et qui me fait aussi penser à cette forme de lâcher prise propice à rencontrer son chemin de vie tout bonnement, sans le chercher.  Et ce, jusqu’à la prochaine étape, ailleurs…

”Wake Me Up”

Feeling my way through the darkness
Guided by a beating heart
I can’t tell where the journey will end
But I know where to start

They tell me I’m too young to understand

They say I’m caught up in a dream
Well life will pass me by if I don’t open up my eyes
Well that’s fine by me

[2x]
So wake me up when it’s all over
When I’m wiser and I’m older
All this time I was finding myself
And I didn’t know I was lost

I tried carrying the weight of the world
But I only have two hands
Hope I get the chance to travel the world
But I don’t have any plans

Wish that I could stay forever this young
Not afraid to close my eyes
Life’s a game made for everyone
And love is the prize

[2x]
So wake me up when it’s all over
When I’m wiser and I’m older
All this time I was finding myself
And I didn’t know I was lost

Didn’t know I was lost
I didn’t know I was lost
I didn’t know I was lost
I didn’t know