In my shoes – Dans mes souliers

by isabellebernierconnexion

IMG_4212

À mes étudiants et, peut-être, à quelques adultes aussi – Le tutoiement sera ici employé à titre général.

Il arrive qu’on se demande pourquoi certaines personnes choisissent de bouger, de faire du sport, de profiter du grand air.  Par exemple, de courir.   J’emploie cet exemple-là parce que la course fait partie de ma routine.  J’ai décidé de lui donner une place dans mon horaire, au fil du temps;  j’y tiens beaucoup, comme à tout ce qui me permet de bouger et d’être dehors.  J’y reviendrai tout à l’heure.

Pour faire simple, j’avais envie de te dire qu’il y a TOUJOURS une façon de choisir d’avancer.  De trouver quelque chose de positif et, même si ça peut sembler vraiment difficile, de croire que tu peux y arriver et que tu as ce qu’il te faut, à l’intérieur.

Je ne suis pas parfaite et j’ai encore beaucoup à apprendre de la vie.  Je n’ai moi-même pas toutes les réponses aux questions que je me pose.  Pourtant, j’ai le souhait de continuer ma route.  Sans m’étendre sur le sujet, je peux te dire qu’il y a de nombreuses années, j’ai failli perdre mon père, puis, quelques temps après, ma mère, chacun d’entre eux ayant envisagé d’en finir avec la vie. Adolescente et jeune adulte, prise par une montagne d’émotions et ne sachant pas comment gérer le tout, j’ai moi-même vécu l’anorexie.  Les années passant, mon frère et éventuellement ma sœur sont passés à l’acte (ils se sont suicidés).  Puis, adulte, j’ai vécu deux grossesses où j’ai failli perdre mes enfants lors d’accouchements impromptus et pour le moins inusités.  J’ai constamment été déstabilisée, me relocalisant, puis reconstruisant, un jour à la fois. Et j’en passe!

Je sais bien que cela peut sembler étrange, cependant, je peux te dire que ces difficultés m’ont certainement encouragée à me faire confiance et à choisir de me connaître et de prendre soin de moi, pour de vrai.  Elles m’ont aussi rappelée à mes rêves, à ce que je suis, à être capable de déterminer mes besoins et  les exprimer.  J’y travaille encore.  Et je grandis encore.

C’est comme ça que j’en suis venue à me redonner du temps pour bouger et, en l’occurrence, pour courir.  Pourquoi? Parce que…

…ça me fait plaisir et ça me fait du bien

…j’ai la chance inouïe d’avoir un corps relativement en santé, de pouvoir me déplacer et d’être libre de mes mouvements

…j’ai le sentiment de me donner un temps pour moi, de prendre soin de moi

…j’aime être dehors, m’émerveiller en nature et  observer ce qui m’entoure

…j’adore partager ces moments avec d’autres

…je me sens comblée lorsque je peux m’y mettre

…ça me permet de méditer, de me défouler, d’avoir de l’inspiration ou encore d’être attentive, tout simplement, à ma respiration et à mes mouvements

…ça nourrit mon goût de l’aventure et de découvertes

…ça me permet de me dépasser, de me fixer des objectifs concrets

…ça me permet d’aborder les défis avec optimisme, patience et résilience aussi

…ça nourrit mes rêves

…ça m’aide à mieux voir ce que je suis en mesure d’accomplir, à y croire et à dire oui

…ça me permet de mieux me connaître

…ça me confronte à mes limites

…ça me donne le goût de me réveiller le matin, de me lever et d’en profiter

…je me sens irrésistiblement attirée lorsque je vois tout ce qu’on peut expérimenter et vivre dans ces domaines

…etc!

J’ai déjà dit à l’une de mes étudiantes que la création – l’art – m’avait sauvé la vie.  De même, bouger, être dehors et courir alimentent mon goût pour cette vie.  Tu ne t’en rends peut-être pas encore compte, mais elle passe vite.  Vraiment.

Prends soin de toi.